28/02/2006

???

Plus de sérénité comparé à ce we...La discussion d'hier avec ma maman, les mails et "mise au point" échangés avec ma soeur ont, je pense, été nécessaires...
Mais comme toujours, il faut rester vigilante, prudente....car je me sais encore très vulnérable et sous tension...
Essayer de repousser au maximum montées d'angoisses et obsessions (poids, alimentation..)...Apprendre à se détendre (par de simples exercices de respiration, en allant nager...), s'accorder du temps pour voir des amis et ne pas mentir ou inventer des prétextes pour refuser ou repousser des invitations (peur du regard des autres, de leur jugement, de ne pas être vraiment soi (car la maladie me fait culpabiliser....))...

Comme certaines ont pu le constater, je remet quelque peu en question actuellement ma thérapie...Je sais que ce n'est jamais gagné du premier coup....que c'est un long travail...mais c'est vrai qu'il est reconnu que certaines thérapies sont plus adaptées que d'autres dans l'approche des tca....Et qu'il faut un minimum d'intervention, d'interactivité entre soi et le psy (psychiatre ou psychothérapeute)....Selon C.Hervais les boulimiques et les anorexiques-boulimiques (bv ou bnv)  "ont moins besoin de comprendre que d'Apprendre, Expérimenter la relation à l'autre"....Je sais que chaque cas est Unique et donc chaque thérapie aura des échos différents chez chaque cas....Mais je pense en effet que les tca, dans certains cas, peuvent être l'expression de problèmes "relationnels": relationnel à soi, à son image, aux autres....
Bref bref...si je ne vois pas d'avancées de mon côté d'ici qqs semaines, il est fort probable que j'aille frapper à une autre porte thérapeutique pour tenter de me retrouver....
Bises à vous!

15:00 Écrit par Elise | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

27/02/2006

Clash nécessaire!

Bon alors après le w-e que j'ai passé, c'était sur cela devait arriver....
Après des semaines à attendre, à rester sur des non-dits la coupe était pleine!
Donc gros clash ce matin avec ma maman!
Abcès grevé...
Comme je vous l'ai dit, je suis plus que consciente de l'inquiétude que je crée chez mes parents et ma soeur (et mes amis...)...
Mais vous le savez comme moi, si notre raison pouvait une bonne fois pour toute prendre le dessus en périodes de tensions et de faiblesse, cela serait bien plus simple pour remonter la pente...
Mais je me sens parfois tellement désarmée devant cette faiblesse...Entre ma volonté de m'en sortir et cette difficulté à prendre sur soi pour réagir comme je le devrais, cela m'attriste...
Donc ma maman m'a demandé de parler une bonne fois pour toute, elle ne comprend pas, le sentiment que je fais du surface les désolent...et moi  la 1ère bien sur!
Alors malgré les larmes, j'ai tenté de lui dire combien tout ça était plus fort que moi...Elle pense que je me fais vomir tous les jours ce qui n'est pas le cas...mais bien sur comme je vais souvent aux toilettes (pour les autres raisons que vous devinez...no comment) et bien cela sucite des interrogations...
Donc mon désarroi est partagé...
Elle pense que ma thérapie n'est pas adaptée...Elle n'a peut être pas tort...Comme je l'ai déjà écrit dans un post (20/02), mon psychiatre a davantage une méthode psychanalytique...de ce fait c'est moi qui parle avant tout...Mais il me manque des pistes à suivre et surtout des interprétations...
Donc je renouvèle ma question: pourriez-vous me parler des différentes thérapies que chacune d'entre vous suit ou a suivi?
Merciiiiiiiiiiiiiiiiii d'avance!
 
Lundi today....nouvelle semaine....j'espère avec moins de tensions intérieures...(j'irai me détendre un matin à la piscine!....)
 
PS: Kriss tu m'en veux pas pour le ptit cochon???!!!!
 
bises

 

11:25 Écrit par Elise | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

26/02/2006

A méditer

Un très beau texte d'un maman à sa fille adolescente fragile et brisée à l'époque...
A lire et à méditer sur le blog d'Electre:

http://electre.skynetblogs.be

 

Biz

18:11 Écrit par Elise | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Désemparée...

                     
 
Cas désespéré que je suis....
Incapable une fois encore de prendre sur moi, de me faire violence autrement qu'en crisant...
J'ai crée une atmosphère des plus pourries à la maison ce w-e comme cela ne s'était pas produit depuis un certain temps...
Résultat: ce sont mes proche qui trinquent! Et moi je me renferme dans ma coquille silencieuse...incapable à nouveau de nouer un dialogue constructif sur ce qui ne va pas...
Alors comme c'est mon refuge depuis quelques temps et  le mode de communication le plus accessible et bien hier j'ai déversé tous mes ressentis dans  mon blog...une adresse que j'avais donnée à ma soeur car la distance qui s'est crée dans nos relations affectait ma conscience...alors je m'étais dit qu'elle pouvait savoir ce qui me rongeait de l'intérieur...Mais bien entendu mes propos l'ont heurtée...alors que ce n'était pas mon but...j'avais besoin de mettre par écrit tous mes ressentis...Donc bcp de reproches de sa part, je fais soi-disant fausse route dans mes analyses et je l'ai fait culpabiliser...Pardon, pardon, ce n'était pas mon souhait...Je m'en veux de foutre tout ce bordel autour de moi...
Difficile bien sur de me comprendre, alors on ne retient que les apparences: "son cas ne change pas!, elle est puérile!, elle est nombriliste!...."
A Paris l'engrenage a été tel que je me suis enfoncée silencieusement pdt des mois, ne surmontant pas mes angoisses et ma solitude...De retour dans un environnement plus sécurisant et plus sain je ne parviens toujours pas à prendre le dessus et je pourris involontairement les relations avec mes proches...Bref mon cas est désespérant...Je n'ai pas envie d'être internée ni de fuir ma réalité...
Bref sale week-end  pour ma conscience....
Demain une autre semaine...et j'espère moins de tensions....
Ma ptite chienne (non ce n'est pas elle! mais celle sur la photo de ma page d'accueil) est venue me rejoindre à l'étage...je suis sure que les animaux ressentent l'état d'esprit de leur maître...Un ptit câlin pour oublier...

17:22 Écrit par Elise | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Point d'interrogation, enfin Non, enfin Si....

Le plein de vitamines ce matin suite à une soirée mitigée....alors de bons fruits pour repartir...Mais bon le doute subsiste...enfin si...enfin non...dans une heure je serai seule à la maison, et même si ma conscience et ma raison veulent me faire avancer vers une attitude positive et bien je sais que je vais mal vivre ces heures seule et angoissée et penser à manger,manger...et me vider....comme un soulagement ponctuel....et une fois de plus je n'arrive pas à y trouver une petite explication...
Hier tout ce que j'ai écrit a été sous le coup de la colére, mais c'était vraiment ce que je ressentais...Les ressentis...Il est important de les retranscrire...même s'il serait bon aussi de les exprimer verbalement! Mais envers mes proches c'est encore trop dur...
Je sais combien l'attitude et le regard de nos parents comptent pour nous...Comme je l'ai écrit à Léa-Sophie, l'amour de nos proches sera intemporel, que l'on ait 5,15 ou 30 ans...Et de nous voir dans la souffrance les fait forcément souffrir même s'ils ne l'expriment pas toujours....Entre ma mère et moi il y a souvent une certaine aggressivité involontaire, mais je sais que si elle réagit ainsi ce n'est pas par manque de compréhension mais parce qu'elle cherche à me faire réagir, à provoquer un changement d'attitude de ma part.....A méditer....
Tenez, hier soir voilà ce que j'ai pu lire dans le livre de Vittoria Pazalle (je retranscrirai tout une fois le livre terminé). " Je n'ai plus besoin de me faire vomir. Cette phase est difficile car elle résout si facilement les écarts de conduite, et peut même m'aider à maigrir. Mais dorénavant, je sais que me faire vomir est aussi une activité par laquelle je refuse la conséquence de mes actes. Si je veux mûrir, j'ai bien compris que je dois assumer ce que je fais." A méditer....

Bonne journée

10:35 Écrit par Elise | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

25/02/2006

Et on enchaîne...

Et bien non Lisanka, je pense que mon w-e sera pourri...
Cette ambiance familiale me pèse...
J'ai envie de me casser à Paris et de retrouver mon quotidien infernal et de m'y enfoncer...
Au moins ils seront tranquilles sans moi, libérés du "poids" (drôle d'expression...) que je représente pour eux...
Parfois je viens à me demander si une thérapie familiale n'aurait pas son utilité...
Ma maladie a pourri mes relations familiales...et à 27 ans je trouve mon cas de plus en plus désespérant....
Ce soir........poufffffffff même pas envie d'en parler...et puis si, c'est la raison qui m'a conduit à écrire ces quelques lignes...
Donc la table était mise...j'étais encore plongée sur le net...mais l'heure avancée du dîner me fait descendre...Je fais la remarque suivante "Il n'y a pas de salade ce soir?" (d'habitude un saladier est prévu tous les soirs)...et ma mère de rétorquer "Y'a un sachet (de salade toute prête) dans le frigo" sous-entendu "tu manges pas comme nous alors t'as qu'à te faire ta salade"....Mais mère a fait exprès de ne pas le faire ce saladier parce que ce midi le ton était légèrement monté entre nous pour des broutilles (une fois encore elle pensait que dans ma façon de m'exprimer je l'"agressais")...bref....Alors en réponse totalement puérile de ma part et bien me voilà remontée à l'étage...sans partager ce diner avec eux....et par la même sans manger...(enfin si plus tard j'irai grignoter qqchose)
Marre...marre....marre...marre...
Ma soeur a monopolisé la conversation...personne ne m'a dit "Elise tu ne descends pas manger?"...De toute façon, à table ou non avec eux ça ne change pas grand chose...
Il y a comme un blocage....Je ne suis pas la même en semaine quand je suis seule avec ma mère ou avec des personnes étrangères à ma famille...Et quand certains w-e on vient à être les 4 ensemble (ps: mon père bosse la semaine sur Paris et rentre le w-e), et bien je ne me sens pas à l'aise...et je me demande si ma mère voit ce changement...mais au fond je m'en fous...je sais qu'il y a de réels problémes relationnels ici...et même si j'en suis en grande partie responsable, je n'ai pourtant pas envie d'être la seule à me remettre en question....Je sais que pour ma soeur tout n'a pas été simple (en particulier quand j'avais été malade adolescente) mais aujourd'hui j'ai le sentiment qu'elle prend mal (mais sans le dire) le fait que je sois revenue chez mes parents...comme si cela venait casser le relationnel qu'elle avait juska présent avec eux...Et des signes ont retenu mon attention....comme le fait que du jour au lendemain, il y a qqs mois de ça, elle décide de ne plus manger de viande (comme par hasard je suis végétarienne depuis plusieurs années....), elle se mette à parler popotte avec ma mère (juska présent la cuisine ça l'intéressait sans plus), à acheter bio (comme moi, alors qu'avant c'était limite si elle ne considérait pas ce genre d'alimentation comme inutile!...)...bref plein de petits détails pour attirer l'attention et en particulier celle de ma mère....
Excusez cette parenthèse très personnelle sur mes relations familiales mais bien souvent cela me mine le moral plus qu'autre chose...
Je suis vraiment un cas désespéré!......
Bon je crois que je vais m'arrêter là...
Quand toutes ces tensions intérieures partiront-elles?...........
 
Allez je vais essayer de trouver le sommeil....

Bises à vous

22:31 Écrit par Elise | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Désolant

Une image pleine de tendresse pour exprimer pourtant un état qui ne va pas...celui d'une jeune femme qui n'est justement pas tendre avec elle-même...
Ma soeur est passée à la maison comme souvent le w-e (elle est plus jeune que moi et vit non loin de chez mes parents, elle a pris enfin son indépendance l'an passé (avec boulot et appart) et ça se passe bien)....elle est sortie avec ma mère faire qqs courses...mais comme à chaque fois je suis exclue de cette relation...Il y a soit ma mère/moi (la semaine) soit ma soeur/moi (ça va on s'entend pas trop mal, mais on se parle davantage via msn le soir) soit ma soeur/ma mère (la semaine au téléphone et certains w-e)....difficile d'entrevoir un trio qui discute et papote entre nanas....Cela me gêne...comme s'il y avait des non-dits et que ma "maladie" avait crée comme un fossé "invisible" dans des relations familiales pourtant "banales"....Pourtant depuis mon retour j'avais réussi à renouer un certain dialogue avec ma maman car la maladie et ma situation à Paris nous avait un peu éloignées...m'étant un peu renfermée sur moi-même....Mais bon je sens toujours comme un malaise dans ces relations...Et difficile encore pour moi d'en parler...Parfois j'ai l'impression de me faire des films...Alors sentiment de malaise en début d'après-midi...Sachant que ma mère et ma soeur devaient s'absenter un  peu plus tard et que mon père bricolait, j'ai commencé à grignoter un peu (qqs carrés de chocolat, du pain complet...puis, honte à moi, des biscuits secs Bio (vraiment honte à moi...)) (note: cette petite nourriture est cachée...dans un coin secret, et moi j'étais à l'étage)....je trouvais qu'elles mettaient du temps à s'en aller...alors je suis allée discrètement dans "ma" salle de bain (tjs à l'étage) et j'ai commencé...presque en silence...J'avais honte...une des premières fois que je faisais "ça" alors que la maison n'est pas vide...ce ne fut pas grand chose (comme c'est le cas ces derniers temps puisque je suis rarement seule dans une journée)...mais ce fut un "pas grand chose" de trop...
Je déteste ces mal-être inexplicables, enfin si, ils ont certainement une explication....je déteste cet auto-contrôle incontrôlable...
Et demain je vais être la moitié de la journée seule (dont le moment du déjeuner...), j'angoisse car je me suis déjà imaginé la journée de crises...J'ai honte...Mais qu'est ce qui ne va pas? Peur de la solitude? Mais combien de personnes arrivent à bien vivre leur vie de célibat ou de solitude grâce à diverses occupations et à leurs proches?....Qu'est ce qui m'angoisse réellement?....
J'ai l'impression de toujours vivre avec un double: la Elise de façade qui semble aller apparemment mieux, qui discute davantage, qui se lève même le matin de bonne humeur (enfin si la balance n'a pas trop bougé!...no comment)....et la Elise qui continue à ne pas se comprendre, à vivre sous le joug de ces foutus tca  faits de restrictions, frustrations...Bref c'est un peu le dilemme, Mon dilemme....
Il y a des jours avec et des jours sans comme on dit!
Bon pour me changer les idées je vais aller faire un tour sur des blogs animés de cuisine (ça me changera un peu de mes lectures de tous ces blogs consacrés aux tca mais qui nous apprennent bcp de choses!)

Bon courage à vous!

 

PS: sister Matty si tu lis ce message, j'espère que tu comprendras qu'il est important pour moi que tu gardes ces confidences pour toi...merci de ta compréhension....

 

17:18 Écrit par Elise | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |