19/02/2006

Lassitude...

Lassitude devant mes changements d'humeur...Incompréhension devant cet état si influençable...et désolation devant cette incapacité à prendre sur soi....Une petite contrariété ce midi (léger "accrochage" avec ma môman...), repas toutefois a priori détendu...Mais il y a comme des tensions dans l'air...mes parents décident d'aller faire un tour...je décline l'invitation, "prendre l'air ça te ferait du bien"...."j'ai pas besoin de me faire du bien" mais au plus profond de moi une petite voix me dit "oh que si Elise tu aurais besoin de te faire du bien..." et voilà que ce putain de démon (j'en tremble en écrivant ça...) me titille les neurones et me fait dijoncter....mais comment la raison pourrait-elle prendre le dessus?....micro-crise mais micro-crise tout de même.....bordel de merde....pas envie de retenir ma vulgarité, je suis en colère....Alors que j'adore la salle de bain pour tous les soins de beauté que l'on peut y faire, je la déteste tout autant quand je m'y réfugie pour les raisons que vous connaissez....
Alors que la solitude est ma pire ennemie je m'y réfugie quand ça ne va pas...Mais bon sang comment mettre fin à ce cercle vicieux parfois implacable?!....
Allez il faut que je m'accroche....Philosopher sur les notions de plaisir, de légèreté et de simplicité.....

A bientôt

15:47 Écrit par Elise | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

. Essai d'être plus indulgente envers toi-même. Il faut accepter de ne pas être parfait et d'avoir des faiblesse. Après tout une micro crise, c'est pas beaucoup!

Écrit par : LeaSophie | 19/02/2006

Se faire du bien... Je comprends tout à fait, Elise, lorsque tu dis que ton humeur est instable et changeante. Après une crise, il ne fallait pas me parler, j'étais fermée comme une huitre et désagréable au possible.
Pour briser le cercle vicieux, ça demande beaucoup de temps mais il faut s'imposer une discipline de repas. Se dire: aujourd'hui je mange ça, ça et ça. J'ignore les placards, je ne tourne pas autour de la cuisine dans les plages-horaires hors repas. Et je m'autorise un aliment-plaisir que je prends le temps de savourer.
Quand je sentais l'envie de criser, je sortais faire un tour dehors. Je ne dis pas que ça marche à tous les coups mais ça m'a bien aidé!
Je t'embrasse,
Lisanka

Écrit par : Lisanka | 20/02/2006

): Oué...Briser le cercle...Ce cercle qui se durcit de jour en jour....

Le pire c'est que lorsqu'on bouffe, quand on crise, on oubli tout de sa.

Avant, j'arrivais à me dire "c'est pas grave, mange" mais maintenant je mange comme un automate, y'a plus rien. Que du vide que je comble en avalant n'importe quoi. Je ne pense plus, je ne fais qu'agir..


Et je pense que, comme dit LeaSophie, il faut accepter d'avoir des faiblesses. P-e en acceptant ses crises, sa permettra de les diminuer, voir de ne plus en faire ?...

Il faut bien croire en quelque chose après tout...Il doit bien y avoir des solutions...

Bisous et courage Miss !!!

Écrit par : KriSs | 20/02/2006

Les commentaires sont fermés.