15/02/2006

Ca ne va jamais comme on veut.....

Pouffffffffffffffffffffffffff....
J'en ai marre.....Toujours aucune stabilité....
Pourquoi un jour ça semble aller bien et le lendemain je suis assommée d'angoisses et de doutes sur ma capacité à aller vraiment mieux.....????
Marre de cette ambivalence....recherche désespérément un semblant d'équilibre....
Aller bien ponctuellement...puis assaillie de nouvelles crises (comme ces dernières fois oú je me suis retrouvée seule...) et incapable d'intérioriser ce qui peut m'angoisser dans ces moments là....Sentiment d'avancer puis de reculer...
Refuge dans la lecture, l'écriture comme pour me raccrocher à quelque chose et éloigner certaines préoccupations....Je sais qu'il faut agir sur des failures personnelles plus profondes, ce vers quoi ma psychothérapie doit me diriger (vite vite demain rdv chez le psy)....mais bon ce n'est pas toujours simple de patienter quant à la "guérison" de ces cassures...A l'extérieur mon rapport à l'alimentation (et à la balance) m'enferme inconsciemment dans une certaine routine, comme si je me sentais incapable d'évoluer de ce côté...Pourtant comme le dit si bien Tbiliissi il me faudra "viser un comportement alimentaire et non un poids idéal"...Certes mes tca actuels (contrairement à ma période adolescente) ne sont pas nés d'une envie de maigrir envers et contre tout...mais ils ont été la manifestation d'une dépression et d'angoisses multiples....Mais j'aimerais comprendre pourquoi ce mal-être s'est à nouveau manifesté par des tca et tout le cercle vicieux qui s'ensuit....
Bref garder espoir, continuer à se livrer....Mais ce n'est pas toujours simple d'assimiler tous les mots d'encouragement que l'on peut recevoir...J'aimerais à nouveau me sentir bien là où je vis. Mes problèmes font que je suis en arrêt(de travail) depuis mi-décembre et donc loin de Paris, loin de cet environnement humain indifférent et de cet environnement physique irrespirable et stressant, la solitude là-bas m'a rongée de l'intérieur...Alors je suis rentrée chercher un peu de quiétude à la maison en Haute Savoie...j'y ai, c'est vrai, retrouvé plus de sérénité, le calme de la vie ici n'a rien à voir....pour l'instant l'éloignement avec mon boulot ne me tracasse pas trop...mais bon certaines pressions continuent de m'assaillir et je n'arrive pas toujours à faire face...Et l'environnement familial a beau être réconfortant, il reste aussi sujet à tensions....Bref....Mon noyau dur d'amis est aussi ici dans la région...mais même si leur compagnie est à chaque fois une bouffée d'oxygène, cette putain de maladie m'a aussi conduit involontairement à un repli sur moi-même me faisant fuir parfois certaines relations qui pourtant me feraient du bien!....
Tout est affaire de paradoxes dans cette putain d'"histoire" personnelle....
Mais j'ai envie d'y croire....Comme vous non??!!!

15:16 Écrit par Elise | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

JE DeCOUVRE TON BLOG
JE VOULAIS TE SOUHAITER LA BIENVENUE
MS CONNAISSANT TROP BIEN LE SUJET DONT TU PARLES LES TCA Je préfère te souhaiter une avancée rapide dans ce chemin nommé guérison, la réconciliation avec une vie normale se trouvant au bout de ce chemin, une douce musique t'indique la direction
essayons de la suivre ensemble

Écrit par : douceestlavie | 15/02/2006

coucou ;-) Merci pour la p'tite dédicace! mais bon, plus facile à dire qu'à faire...

concernant ta retraite en savoie (veinarde!), ça me fat penser à une phrase que m'a lancée un jour un ami quand je lui faisais part de mon désir de partir loin... il m'a dit "ses problèmes on les emmène avec soi où qu'on aille", et je pense que c'est pas tout à fait faux.

profite de tes belles montagnes pour trouver la force d'affronter l'univers irrespirable et stressant que tu décris, ou tout autre contexte auquel tu seras peut-être un jour confrontée...

je sais c'est pas facile, mais tu sais je suis dans la même galère que toi... mais j'espère bien y arriver!

je t'embrasse fort.

Écrit par : tbilissi | 16/02/2006

Tiraillée Moi aussi il y a des jours où je suis tiraillée, prise entre 2 extrèmes. Il faut garder espoir, se dire que ce n'est qu'une question de temps... bon courage

Écrit par : Kawana | 16/02/2006

HEY! Mais je m'aperçois que tu as une maison en Haute-Savoie! Me too! A Annecy (enfin à coté...) et toi?
Sinon, pour l'aspect paradoxal de la maladie, je suis complètement d'accord avec toi: j'avais l'impression de ne jamais me "poser", de tout commencer sans rien terminer... Et puis tout s'est arrangé en reprenant du poids... Bisous et courage!

Écrit par : Oriane | 16/02/2006

Les commentaires sont fermés.